Parmi les DAO YIN YANG SHENG GONG de Maître ZHANG GUANG DE, le Général porte bien son nom. Tout d’abord, il s’agit d’un QI GONG Médical au sens classique de la Médecine Traditionnel Chinoise dont aucun arcane n’est étranger à Maître ZHANG GUAN DE. Cet enchaînement de 8 mouvements préfigure un ensemble cohérent, à la fois sur le plan pédagogique et Thérapeutique. Il s’effectue à fréquence constante, rythmé par une respiration douce, lente, profonde. J’ai volontairement ralenti le rythme des mouvements à des fins pédagogiques, mais aussi pour accentuer les effets thérapeutiques d’une respiration plus lente. Des « suspensions » de souffle peuvent être introduites entre les phases d’inspiration et d’expiration et inversement.

 

DAO YIN YANGSHENG GONG – GENERAL

De Maître ZHANG GUANG DE

 

Introduction :

Le DAO YIN (Voix du YIN), s’inscrit parmi les DONG GONG (QI GONG en Mouvement, par opposition avec les JING GONG, QI GONG Statiques ou NEI GONG ou QI GONG INTERNES) les plus anciens (environ 700 ans avant J.C(1).

Ce n’est donc pas par hasard que Maître ZHANG GANG DE a opté pour le DAO YIN (voie du YIN) YANG SHENG GONG (QI GONG pour littéralement : Nourrir le YANG ou encore pour nourrir le vivant. Attention, cette traduction prête à réflexion et ses termes devraient être débattus avec un SINOLOGUE averti). Une traduction complète suggèrerait que nous prenions en compte la totalité des termes utilisés à savoir DAO YIN YANG SHENG GONG = Emprunter la voie du YIN (de l’Interne) pour nourrir le YANG (de l’Externe). De cette traduction dépend bien évidemment notre attitude dans la pratique. De notre compréhension, de notre état d’être et d’esprit dans l’instant, vont dépendre, notre manière de respirer, l’amplitude des mouvements, leur fréquence et leur intensité, autant de paramètres auxquels au fil des années de pratique nous devrions penser pour avoir l’impact désiré et les effets recherchés. Pensons que rien ne doit être figé, ni inscrit dans le marbre.

Maître ZHANG GUANG DE a fixé un cadre, un rythme, un ordre, a donné un nom à chaque mouvement pour nous donner des informations thérapeutiques. A nous d’y réfléchir. Plus nous y travaillerons plus nous auront d’intuitions. Celles-ci nous aideront dans la découverte progressive du sens caché des choses. Maître ZHANG nous amène à l’entrée de la voie, à nous de prendre celle-ci et d’en découvrir les paysages.

Quant à l’enchaînement que nous vous présentons, nous avons volontairement opté pour un rythme lent pour un impact le plus interne possible mais surtout à visée pédagogique. Cette fréquence volontairement lente, permet de mieux visualiser les détails de la forme. Bonne pratique !!!

  • Réguler la respiration : (8 mouvements donc 8 cycles respiratoires)

« Au début fut la forme, puis vint le souffle et la forme prit vie » (Genèse 2 :7). Il s’agit ici de coordonner mouvements de monté-descente du corps avec les mouvements des bras MAIS CE SONT LES MOUVEMENT RESPIRATOIRES QUI FIXENT LE RYTHME DES MOUVEMENTS (attention, comme je le disais plus haut, rien n’est figé et nous pourrions envisager qu’au début de la pratique ce soit les mouvements qui rythment la respiration et donc ses amplitudes comme sa fréquence). La monté des bras s’accompagne d’une légère avancée du Centre de Gravité (CDG)vers les avant-pieds ; la descente des bras un recul du CDG vers les talons. Ce léger mouvement de balancier d’avant en arrière permet aux poignets de décrire un mouvement elliptique dans l’espace. Remarquez bien la suspension des poignets à l’Inspiration (les poignets montent), et le « poser » des poignets à l’expiration, les poignets descendent). Soyez aussi réguliers que possible pour cadrer avec le nom du mouvement (Réguler = idée d’ordonner). Ici les amplitudes thoraciques sont faibles, mais le contrôle du souffle est important. Les mouvements du Thorax s’effectuent d’avant en arrière. Lorsque les côtes sont mobilisées d’avant en arrière, par voie de conséquence, le rachis est mobilisé en flexion-extension. Nous verrons avec l’Oiseau PENG que le Thorax est mobilisé latéralement.

Effets Thérapeutiques : Travailler sur le souffle, c’est contrôler les volumes respiratoires, son intensité, son rythme, sa fréquence. Cédric MICHEL dans ses Méditations, reprend un vieux dicton du PRANAYAMA « la Respiration est le Pont entre corps et Esprit ». Par ces quelques mots il est simple de considérer l’impact que peut avoir la respiration sur les différentes structures du corps (le Cerveaux, le Cœur et donc sur la circulation en particulier, mais pas seulement), sur la santé Psychique et sur la cognition évidemment. L’équilibre ou le déséquilibre des YIN/YANG, des systèmes SYMPATHIQUE (cardio-accélérateur) et PARASYMPATHIQUE (cardio-modérateur) en dépendent (je vous renvoie à plusieurs conférences sur la cohérence cardiaque sur You Tube).

  • Pousser le bateau dans le courant : (4 mouvements de chaque côté),

Ici il s’agit d’imaginer « l’effort » à produire pour pousser un bateau, mais une fois lancé dans le courant le mouvement devient lent, continu, au rythme élégant du gondolier.

Là encore, le nom est évocateur, il s’agit d’une POUSSEE, pour mieux vous y préparer, je vous invite à vous placer devant un mur et à essayer de le pousser : portez alors votre attention sur la position de votre corps dans l’espace, que ressentez-vous ? d’où part votre poussée ? Sur quel temps respiratoire la poussée s’exprime-t-elle ? Que devient votre ventre (DAN TIAN) ? Si l’objet de votre poussée était mobile qu’adviendrait-il de vos bras (membres supérieurs) et des déplacements de votre CDG ?

Ici je reprends une phrase des anciens maîtres de TAI JI QUAN : « L’Energie prend racine dans les pieds, elle est générée par les jambes, maîtrisée par le bassin et exprimée par les mains et les doigts ». Alors que devient le rachis ? Il sert d’interface entre le bassin qui se conduit comme un volant, et le haut du corps dont la posture assure l’équilibre lors de l’effort : surtout ne pas se pencher en avant lors de la poussée antérieure.   

En résumé :

  • Montez les bras devant parallèles à 45 degrés à gauche (Inspiration, le ventre rentre, il s’agit d’une Inspiration inversée de préparation à l’effort),
  • Puis les bras s’ouvrent largement en croix, le regard suit la main droite, (suite de l’inspiration).
  • Descendre les mains de chaque côté du bassin (cette descente peut s’effectuer sur une suspension du souffle pour laisser le temps à l’air de pénétrer les alvéoles pulmonaires. (J’ai toujours préféré le terme de suspension au terme de rétention: « ô temps suspend ton souffle », la suspension évoque la douceur de l’instant ; la rétention fait davantage penser à la dureté d’une contrainte au blocage de la glotte lors de l’effort. Ce dernier a un effet délétère sur le Cœur en augmentant la tension artérielle en cas d’effort à glotte fermée.
  • Ouvrez le pied Gauche à 45 degrés, la poussée du pied arrière et des mains commence dès que le talon avant touche le sol (Expiration en sortant le ventre, là encore, suite de la respiration inversée d’effort),
  • A la fin de la séquence, les bras s’ouvrent à nouveau sur l’Inspiration, le corps se déplace vers l’arrière, la pointe du Pied Avant se soulève.

Remarquez la position des mains à la fin de la poussée, les doigts, les poignets « s’allongent », pour donner la direction de la poussée, l’intention va loin au-delà des doigts.

Effets thérapeutiques : améliore les volumes respiratoires : l’ouverture large des bras latéralement participe à l’ouverture de la poitrine et renforce les poumons) ; renforce les membres inférieurs ; renforce les muscles du dos ; améliore la confiance en soi en développant l’intention dans l’action. Là, le dicton « mettre du Cœur à l’ouvrage » prend tout son SENS au propre comme au figuré. Le couple des méridiens Cœur-Intestin Grêle présent à l’auriculaire, préfigure l’effort à fournir tant sur le plan physique que mental. Maître ZHANG GUANG DE insiste plus que jamais sur le rôle de l’INTENTION dans la circulation de l’Energie « partout où il y a l’intention là est l’Energie »

  • Les bras soutiennent le soleil et la Lune : (8 mouvements)

Dans ce mouvement, il faudrait veiller plus encore que dans les précédents à la verticalité. La tête est suspendue, le menton rentré, le corps bien droit assurent la symétrie des mouvements (attention, conscience de la verticalité ne veut pas dire tensions inutiles). Les mains accueillantes soutiennent 2 énormes boules rondes : Soleil et Lune (veillez à l’équilibre YIN/YANG, Gauche/Droite, Soleil et Lune), pensez aussi à 2 gros bols de soupe à ne pas renverser, pour conserver l’équilibre des bras.

Ici votre respiration est naturelle (remarque : plus les bras montent, plus haute est la respiration : en l’occurrence,thoracique).

– Lors des rotations du corps, enracinez-vous avec le pied opposé ce qui évite la rotation du bassin. Lors de l’élévation des bras, ne manquez pas d’effectuer une rotation externe précoce des épaules pour éviter les lésions tendineuses du Supra-épineux (sinon vous sentiriez rapidement les tensions, voir des douleurs d’épaules). Cette phase d’élévation des bras, ouvre la cage thoracique latéralement sur l’inspiration.

– Dès le début de l’expiration, les coudent descendent vers les reins (région lombaire, portez votre conscience sur SHEN SHU = 23 V et MING MEN (4 DM = porte de la vitalité). Tout en continuant d’expirer, ramenez les mains devant le DAN TIAN dans un mouvement d’essuie glace des avant-bras (rotation interne d’épaules).

Effet : travaille la symétrie rotatoire gauche-droite du rachis, améliorant ainsi sa souplesse en rotation. Stimule l’érection du rachis et sa prise de conscience dans l’espace. Stimule les reins, renforce la région lombaire. Renforce les poumons, les épaules, augmente la souplesse des articulations costo-vertébrales et sterno-costales. Enfin les torsions du tronc stimulent l’Energie du Foie.

 

  • L’oiseau PENG déploie ses ailes : (8 mouvements)

Il s’agit ici d’un oiseau mythique, imaginez l’immense, pensez aux dragons dans le film AVATAR, ayez l’intention d’étendre largement les bras pour ouvrir le cœur et les poumons. Ne tendez pas les coudes dans les phases d’expansion, gardez de la rondeur (notion de ballon d’Energie). L’ouverture des bras et leur fermeture sont parfaitement coordonnées avec le déplacement des jambes. Ce mouvement est beau par l’ampleur, la douceur et la grâce qui s’en dégage.

Effets thérapeutiques : Développe les notions de vide et de plein, chères à l’orient et à la médecine traditionnelle Chinoise en particulier.  Le mouvement ouvre le thorax dans les plans latéral puis antéro-postérieur lors des 2 phases du mouvement. Assouplit et renforce les bras et le dos. Améliore les coordinations ; l’équilibre tonique et énergétique YIN-YANG, gauche-droite. Ses ouvertures augmentent la sensation de liberté qui est indispensable à l’ouverture de l’Esprit.   

  • Le colosse soulève les pierres:    
  • La difficulté de cet exercice réside dans les placements du corps dans l’espace. En Inspirant, il ouvre les bras dans un mouvement d’essuie-glace et descend sur ses jambes sans effort, le dos parfaitement droit, il se prépare à l’effort.
  • Puis le dos toujours parfaitement droit, les genoux ne dépassent pas les pointes de pieds, il remonte sur l’expiration (tout effort doit être effectué sur l’expiration, le ventre rentre pour accentuer l’effet préventif du caisson abdominal sur la région Lombaire.
  • Conseil : ne descendez pas trop bas si vous avez des douleurs de genoux ou si vos muscles ne sont pas encore préparés à un effort dans les amplitudes basses. Ça n’est que progressivement, au fil du temps et au prix d’un travail régulier que vos membres inférieurs enfin rendus forts, vous pourrez alors descendre sans douleur. (Pour des genoux indolores, il faut des membres inférieurs forts, souples, sensibles, stables et équilibrés. Ces principes thérapeutiques sont valables pour toutes les articulations)
  • Effet Thérapeutique : Il améliore le schéma corporel et assure la prévention des lombalgies et autres sciatiques. : Le mouvement renforce les membres inférieurs et le dos. « Plus il y a d’Energie dans le bas du corps plus l’Esprit s’éclaircit ».
  • Pousser la fenêtre pour regarder la lune : (8 mouvements)

Sans doute le mouvement le plus physique et le plus complexe en termes de coordination. Là encore l’Energie des membres inférieurs est fortement mobilisée ; nous sommes proches d’un mouvement martial donc plus externe.

  • Dans la première phase du mouvement, dès le départ de celui-ci, veillez à la position des mains l’une est YIN (tournée vers la terre), l’autre est YANG (tournée vers le ciel), (v.vidéo). Les bras se déplacent comme très souvent chez Maître ZHANG, dans un mouvement « d’essuie-glace ».
  • A cela, s’ajoute un mouvement rotatoire du bassin. Le pied arrière se place à 45° (favorisant ainsi la libre rotation du bassin).
  • En fin de première phase, veillez à poser la main préalablement YANG (tournée vers le ciel), dans le pli du coude opposé, elle se transmute en main YIN (tournée vers la terre), le mouvement nous rappelle que rien n’est immuable : à son paroxysme, le YANG se transmute et devient YIN.
  • Dans la 2ème phase, c’est le bassin qui tire les mains. On passe de la position KONG BU (dite posture Arc et Flèche), à la position MA BU (posture du Cavalier), puis progressivement en XIE BU (Posture basse du pas croisé ou assise). Dans cette dernière posture, veillez au mouvement de la main basse qui « Ouvre la fenêtre ». Ce mouvement tend à vriller la Région Lombaire, à essorer les muscles paravertébraux. L’équilibre postural est assuré par un dos parfaitement droit, sans lequel, la remonté deviendra problématique et déséquilibrante.  

Effets : sollicite fortement les membres inférieurs ? Ainsi que les 3 Méridiens YIN du bas du corps (Rein, Rate, Foie). La Région Lombaire est assouplie et renforcée).

  • Pousser la poussière selon le vent : (4mouvements de chaque côté)
  • Nous retrouvons ici l’ouverture latérale des bras sur l’Inspiration. La posture KNOG BU (Arc et Flèche), pied Arrière à 45°, favorise les mouvements du Bassin qui oriente les mouvements du haut du corps.
  • Lors de la descente des bras sur l’expiration, les mains dessinent successivement le méridien JEN MAI sur la ligne médiane de la Face Antérieure du tronc, puis le DAI MAI (Méridien de l’équilibration), avant de masser les SHEN SHU (23 V = Point SHU des REINS). Le mouvement s’exprime avec grâce de façon lente et douce. Ne perdons pas de vue, qu’il s’agit de mobiliser le haut du corps, les membres supérieurs, les mains, sans force (l’intention dans le mouvement doit cadrer avec son intitulé).

Effets : Apaise l’Esprit, il annonce la fin de l’enchaînement, par un retour au calme. Nous avons vu plus haut la sollicitation du JEN MAI, du DAI MAI, ainsi que les Point SHEN SHU et MING MEN. Il stimule les méridiens des membres supérieurs par un mouvement de torsion et détorsion.

  • Le vieux Sage Lisse sa Barbe : (4 Mouvements, 2 avec ouverture des membres Inférieurs et 2 sans déplacement)
  • Sur l’Inspiration,
  • Fin de l’Enchaînement, le vieux sage se tient dans une position hiératique, à la fois solennelle, fière mais sans raideur, ni physique, ni mentale. Le mouvement est ample, la barbe est longue, les mains descendent au niveau du DAN TIAN sur l’expiration dans un geste de descente de l’Energie au XIA DAN TIAN).  

Effets : Retour au calme dans un mouvement simple. L’Esprit s’apaise progressivement, l’Energie retourne au centre (XIA DAN TIAN). Le Triple réchauffeur est stimulé lors de la descente des mains du foyer supérieur (poitrine) au foyer Inférieur (niveau du petit bassin).   

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *